Le mot du Président

et le téléchargement du bulletin d'informations

du mois d'août 2020

Celui qui médit est méprisable, mais celui qui l’écoute ne l’est pas moins 

 

Chers camarades,  

          

Au cours de ces quinze dernières années, je me suis fixé quatre buts au sein de notre association : Faire circuler l’information, faire vivre le devoir de mémoire en menant à bonne fin la mise en place des plaques mémorielles, entretenir de bonnes relations avec nos adhérents du Vanuatu, la gendarmerie locale et, après quelques avatars, renouer avec nos camarades de la FNRG locale.

 

Bon an mal an, je pense y être arrivé, mais curieusement depuis le 18 juin de cette année j’ai été, par deux fois, l’objet de lettres critiques sur ma conduite et ma façon de gérer notre association.  La première sous forme d’un mail, que je n’ai jamais reçu (?), je tiens à le préciser. Gratuite, elle n’a fait l’objet d’aucun commentaire.

 

La deuxième, de cause à effet me semble-t-il, parvenue à notre président national, m’a été transmise avec le commentaire suivant : « En pièce jointe, tu trouveras une lettre anonyme d'un ou d'adhérents de ton UD reçue au siège national. Je n'apprécie pas cette façon de procéder. Si tu arrives à identifier le ou les auteurs, tu leur adresseras mes félicitations attristées ». Henri.

 

C’est pitoyable ! Certains ‘paroissiens’ cherchent jour et nuit le moyen de nuire et ne ratent aucune occasion pour le faire savoir. Quoi que vous fassiez, il y aura toujours des quidams qui seront contre vous ou qui ne vous estimeront guère. Et ces gens deviennent de plus en plus nombreux. On dirait même qu’ils existent un peu partout.

 

Alors de cette manifestation d’antipathie, dois-je en rire, dois-je en pleurer.

 

Dois-je en pleurer ?  Oui, si son rédacteur est de notre diaspora et cela m’attristerait beaucoup, car je ne peux croire qu'un des nôtres en soit réduit à utiliser ce genre de missive pour dénigrer, claironner son mécontentent et celui de ses comparses, s'il y a.  Si je me trompe que l’on me reprenne.

          

Dois-je en rire ?  Certainement pas, car son auteur est un triste sire capable d’accuser son chien d’avoir la rage pour pouvoir le noyer.

 

Alors que faire ?  Rien ! Que voulez-vous la bêtise humaine n’a pas de nom, paraphrasant Flaubert je dirai : « Qu’en fait d'injures, de sottises, de bêtises, etc… je trouve qu'il ne faut se fâcher que lorsqu'on vous le dit en face. Faites-moi des grimaces dans le dos tant que vous voudrez, mon cul vous contemple ».

 

Les chiens aboient et la caravane passe…

 

 

Bernard GAUDEL. Major E.R. – O.H.

 

 

Téléchargez le bulletin

 

 

 

 

Ou nous trouver…

  • Adresse postale :

    UNPRG-NC-V, BP 32910, 98897 Nouméa Cedex

  • Contact téléphonique : 

    (+687) 84-82-36 ou (+687) 46-09-60

  • Permanence :

    le mardi entre 9h00 et 11h00 caserne Pelissou

 

Newsletter

Il est possible de vous inscrire pour recevoir notre lettre d'information mensuelle. Pour cela, vous devez simplement enregistrer votre adresse email dans le champ suivant :