L'info

locale et internationale

de votre association et des institutions

Le B.A BA du citoyen français

 

J’en ai assez d’entendre des critiques injustes et des inepties sur les forces de l’ordre.

Le préalable avant de vous donner ma vision est d'acter qu’en effet certains policiers et gendarmes franchissent les limites. Mais cela est statistiquement rare rapporté aux millions d’interventions effectuées chaque année. Ils doivent être sévèrement sanctionnés ce qui est la norme dans 98% des cas même si cela se fait sans publicité.

 

soubelet2

 

Pour retrouver la sérénité revenons aux fondamentaux que la bonne éducation commande.

 

Voici le code de conduite du citoyen respectueux.

 

1. Lorsqu’on est contrôlé quelles que soient les circonstances on accepte d’exécuter ce que demandent les policiers ou les gendarmes. Si on estime être victime d’un abus on le signale à posteriori en utilisant le numéro d’identification (visible sur la poitrine ou le bras) de celui qui a procédé au contrôle. La loi le permet.

Mais lorsque l’on n’a rien à se reprocher cela se passe très bien et dans le calme.

 

2. On prend garde aux écarts de langage et on évite les réflexions du style « pendant que vous me contrôlez les voyous sont en liberté » ou autre considération désobligeante.

 

3. En groupe ceux qui ne sont pas concernés par le contrôle doivent se tenir silencieux, ne pas intervenir et ne pas faire de commentaires.

 

4. Dans les rassemblements de personnes, ceux qui accompagnent quelqu’un qui est interpellé par les forces de l'ordre ne doivent en aucun cas s’en mêler et surtout pas empêcher l’action des forces de sécurité.

 

5. Au cours de manifestations sur la voie publique lorsque la violence commence à s’installer notamment avec des jets de projectiles et des destructions les citoyens pacifiques et respectueux doivent quitter les lieux. Sinon ils prennent le risque d’être pris pour des casseurs.

 

6. Lorsqu’une personne se rebelle contre l’autorité des gendarmes ou des policiers et résiste aux injonctions il est normal que la force légitime s’exerce et dès lors les mesures coercitives y compris physiques se justifient.

 

Tout ce que je viens de décrire n’est que du bon sens, de la bonne éducation et un comportement de citoyen respectueux.

La loi exige que chacun, quelle que soit sa qualité, se conforme aux prescriptions d’un représentant de l’autorité.

En France on a trop accepté les attitudes non coopératives de certains de nos compatriotes et aujourd’hui une partie de la population trouve presque normal de contester l’action des dépositaires de l’autorité au nom des droits individuels, d’une prétendue injustice, de l’inéquité ou d’une pseudo discrimination chronique.

Aucun motif n’autorise à résister à une demande d’un policier ou d’un gendarme et pour cela chacun doit appliquer les fondamentaux que je viens d’indiquer.

Lorsque ces règles élémentaires seront universellement adoptées je prédis que 95% des incidents disparaîtront.

Il n’y a pas d’autre chemin possible pour retrouver la sérénité et la douceur de vivre dans notre beau pays.

Dernier point : les gendarmes et les policiers dans leur immense majorité considèrent chaque Français comme un citoyen en théorie respectueux de la loi. Pas en fonction de sa couleur de peau ou de ses vêtements. Ceux qui affirment le contraire sont hélas très souvent ceux qui se servent de leurs origines ou de leur couleur de peau pour n’accepter aucune contrainte et pour justifier un comportement provocateur ou irrespectueux afin de déclencher un affrontement ne serait-ce que verbal.

Tous les événements qui marquent l’actualité en mettant en cause ceux qui nous protègent révèlent d’une part un défaut criant d’éducation et de citoyenneté qui provoque le rejet des règles élémentaires de comportement en société et d’autre part l’absence de fermeté et de cohérence de l’État.

Cela donne le résultat actuel que j’avais annoncé il y a six ans à l'Assemblée Nationale et nous rapproche chaque jour davantage du chaos.

 

 

Général Bertrand SOUBELET

 

 


Ou nous trouver…

  • Adresse postale :

    UNPRG-NC-V, BP 32910, 98897 Nouméa Cedex

  • Contact téléphonique : 

    (+687) 84-82-36 ou (+687) 46-09-60

  • Permanence :

    le mardi entre 9h00 et 11h00 caserne Pelissou

 

Newsletter

Il est possible de vous inscrire pour recevoir notre lettre d'information mensuelle. Pour cela, vous devez simplement enregistrer votre adresse email dans le champ suivant :